Le dimanche 10 septembre 1905, 8 concurrents, les meilleurs selon la presse, se présentent au départ de « la très curieuse, très intéressante et très instructive épreuve de natation » (Le Grand Illustré du 11 septembre 1905)

la-course-1

Sont présents :
– Deux nageurs anglais très connus pour leurs nombreuses tentatives de la Manche sans succès : Burgess et Holbein.
– Deux champions du monde anglais de l’époque : l’un amateur, Billington et l’autre professionnel,Nuttal. Ce dernier est annoncé comme le grand favori de l’épreuve.
– Trois nageurs français : Paulus, un notable commerçant de Paris, très connu dans le domaine de la natation française pour avoir remporté plusieurs courses auparavant. Le sergent Poulitou, militaire de l’école de Joinville et un autre nageur tout aussi connu Bougoin.
– L’unique femme de l’épreuve est l’incroyable nageuse Australienne, Miss Annette Kellermann. Elle est sans nul doute la principale attraction de cette course et contribuera grandement au succès de l’épreuve.

la-course-2

Les nageurs vont avoir à effectuer un parcours d’environ 12km en descendant le cours de la Seine du Pont National jusqu’au Viaduc d’Auteuil, soit une traversée complète de la capitale.
Les Parisiens se déplacent en masse le long des berges de la Seine pour suivre le spectacle annoncé comme l’événement de la natation par le journal « L’Auto » au même titre que le Tour de France pour le vélo.
Pour des mesures de sécurité et afin d’éviter l’affluence en un même endroit sur les quais, les départs seront espacés et donnés par petits groupes inégaux. Chaque nageur est accompagné d’une barque avec obligatoirement à bord 3 hommes dont 2 nageurs expérimentés. (Le Grand Illustré du 11 septembre)
C’est à 8 heures du matin que Miss Kellermann est la première nageuse à s’élancer sous les acclamations d’une foule enthousiaste. Elle nage la tête hors de l’eau, cheveux au vent et effectue de larges brassées en fendant la Seine.

la-course-3

C’est ensuite au tour de Burgess, Poulitou et Holbein de s’élancer dans le fleuve. La foule reconnait facilement Holbein qui nage sur le dos.

la-course-4

A 8h45, Bougoin, Paulus et Billington, eux, partent ensembles. Billington, champion du monde de vitesse, prend très vite l’ascendant sur ses deux concurrents. Il est surnommé dans le milieu de la natation « le Phoque » pour sa curieuse façon de nager la bouche au ras de l’eau, l’obligeant à souffler bruyamment.

la-course-5

Enfin à 9 heures, Nuttal, le grand favori, se met à l’eau. C’est entre le pont de Solférino et le pont de la Concorde que la course se dessine. Nuttal et Bougoin seront les premiers à abandonner, pris tous deux de crampes. Le sergent Poulitou est arrêté à hauteur du pont de la Concorde par le capitaine Sénat. Il n’avait pas l’autorisation de ses chefs pour participer. Billington, après avoir nagé à une vitesse folle, est contraint d’abandonner saisi par le froid. C’est à 12h14, que Paulus franchit la ligne d’arrivée à la surprise générale. Il a effectué le parcours en 3h29′.

la-course-6

Suit très loin derrière à presque une heure d’écart, Burgess en 4h28′ et Holbein en 4h48′. La célèbre nageuse australienne, miss Kellermann, après avoir connu un moment de découragement et avoir été tentée de monter à bord de son canot d’accompagnement 400m avant la ligne d’arrivée, termine la traversée souriante en 4ème position en 4h56′

la-course-7

Cette 1ère traversée de Paris est un très gros succès et va devenir une des plus grandes manifestations sportives du début du siècle. Nous verrons prochainement que malgré tout une fausse note sera à retenir…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here